A L E X A N D R E     P è r e      et      F i l s


Manufacture d'instruments de musique fondée en 1829 par Jacob ALEXANDRE (1804-1876), fabricant dans un premier temps l'accordéon qui vient tout juste d'être inventé par l'autrichien Cyrillus Demian (1772-1847), instrument dont le succès fut immédiat et pérennisé.
En 1834 il agrandit son atelier en fabriquant un orgue à deux jeux.
Quelques années plus tard, son fils Édouard (1824-1888) travaille à ses côtés, l'entreprise devient la Manufacture ALEXANDRE Père & Fils, elle fait partie des plus importantes entreprises industrielles françaises de la deuxième moitié du XIXème siècle.
Jacob et Édouard ALEXANDRE se spécialisent dans la fabrication et le perfectionnement de l'orgue expressif appelé HARMONIUM, ils mettent au point un système de percussion des anches permettant d'obtenir un son plus clair et précis. Ils construisent de luxueux instruments à deux claviers,
dans les bois les plus précieux, mais également des petits instruments, en chêne, à un seul jeu et quatre octaves, pesant moins de vingt kilos, mettant ainsi la musique à la portée de tous. Il construisent en outre, des instruments expérimentaux comme des harmoniums dotés d'un système d'accords mécaniques permettant de jouer d'une seule main ou encore des pianos-harmonium...

Face au succès grandissant de leur entreprise dont la production se vend en France et à l'étranger, les locaux parisiens étant devenus trop petits, la famille ALEXANDRE achète le château d'Ivry-sur-Seine, construit l'usine et des maisons d'habitation pour une partie du personnel et leur famille.

L'entreprise emploie plus de 600 personnes en 1860.


Usine ALEXANDRE Père & Fils à Ivry
Conservatoire national des arts et métiers


Machine à tailler
C. N. A. M.

Scierie, fonderie, menuiserie, forge, de multiples corps de métiers au sein de l'usine d'Ivry, pour fabriquer un harmonium avec les machines les plus sophistiquées de l'époque.

Le XIXème siècle particulièrement inventif en machines outils des plus diverses, équipe les entreprises les plus modernes.


Parmi la véritable fourmilière qui travaille à tous les étages de l'usine il y a un personnage clé, sans lequel l'a chose fabriquée ne serait qu'une machine à faire de la musique, c'est l'ACCORDEUR D'ANCHES.

Installé au rez-de-chaussée de l'usine d'Ivry, dans un atelier spécialement aménagé pour être insonorisé, l'accordeur va faire vibrer chacune des anches pour ajuster leur tonalité selon une anche étalon mise simultanément en vibration.

De la qualité de l'oreille musicale et du coup de lime adroit destiné à ajuster la note, dépendra la qualité de l'harmonium ainsi créé.


Accordeur d'Anches
C. N. A. M.

En 1865, Julien Turgan, écrit un article de dix pages sur l'orgue expressif de la Manufacture ALEXANDRE Père & Fils, paru dans Les grandes usines de France : tableau de l'industrie française au XIXe siècle

L'harmonium de Peïra Cava pèse environ 80 kg, comprend 11 jeux, un clavier de 62 notes avec transpositeur, une genoullière appel du grand jeu, un tirant de jeu expressif.

jeux de basses

Cor anglais 8'
Bourdon 16'
Clairon 4'
Basson 8'
Sourdine 2'
Forte

jeux de dessus

Flûte 8'
Clarinette 16'
Fifre 4'
Hautbois 8'
Voix céleste 16'
Tremolo
Forte


Après avoir totalement démonté, puis remonté l'instrument pour apprécier l’ampleur des réparations à réaliser, le commencement du chantier de restauration est prévu au cours du dernier trimestre de l'année 2005 par une équipe de bénévoles.

Page suivante les photos de l'harmonium en pièces détachées à restaurer.

Un spectacle musical et poétique Il était une fois Alexandre... Il était une fois Alexandre ...

haut

Copyright © 2005-2006 Nelly JOHNSON Tous Droits Réservés